Archives for Ecrivain

Colette en ses demeures

Depuis sa dernière demeure ? Une belle émission de France Culture

« On la revoit en Dame Tartine, immobilisée dans son lit qu’elle nommait radeau, parfumée, les pieds roses et son fameux œil pervenche pointé sur les oiseaux qui passaient dans l’encadrement de ses trois fenêtres du Palais-Royal. En fait, elle avait toujours été en mouvement. Insaisissable, appliquée à ne…

...Click here to read more »

Les promenades d’un écrivain au Père Lachaise

Raphaël Zacharie de Izarra est rarement aussi rêveur, et romantique qu’au Père Lachaise… Son style, c’est plutôt

Mademoiselle,

Ainsi comme vous me l’avouez, il est flatteur pour vous d’être ma muse et vous voulez que je rende un juste et mérité hommage à votre beauté absente, à la pauvreté de votre éclat, à la tristesse de votre face plus…

...Click here to read more »

Balzac Votre hommage

Honoré de Balzac, Division 48 du cimetière du Père Lachaise (1799 – 1850)

En vous inscrivant puis en revenant sur cette page, vous pouvez lui laisser un hommage sur cette page, en commentaire ci-dessous.

...Click here to read more »

Colette

1873-1954 Division 4 Tombe 2

Colette, c’est mon vrai nom, celui de mon père, le capitaine Colette. Mon prénom c’est Sidonie-Gabrielle. Vous riez ? Pour ma mère, j’étais son joyau tout en or. A 20 ans, je me suis mariée avec Willy, un écrivain. Il m’a fait connaître tout ce beau monde de la littérature et de la musique… et je suis tombée…

...Click here to read more »

Jules Romains

1885-1972 Division 3   

Je suis Jules, Jules Romains. Je suis prêt de l’entrée du cimetière, et j’observe les visiteurs, en recherche des « hommes de bonne volonté ». Ce titre, c’est le nom de mon œuvre, que j’ai commencé au début du siècle (le XXème évidemment !). 27 volumes… et le 1er commence à Paris. J’aime Paris. D’ailleurs, j’ai fait mes études au…

...Click here to read more »

L’enterrement du Père Goriot

Quand le corbillard arriva, Eugène fit remonter la bière, la décloua, et plaça religieusement sur la poitrine du bonhomme une image qui se rapportait à un temps où Delphine et Anastasie étaient jeunes, vierges et pures, et ne raisonnaient pas, comme il l’avait dit dans ses cris d’agonisant. Rastignac et Christophe accompagnèrent seuls, avec deux croque-morts, le char qui menait…

...Click here to read more »