Share

Oscar Wilde (1854 – 1900) Avenue Carette Oscar Wilde est un être brillant : brillantes études au Trinity College de Dublin, puis au collège Magdalen d’Oxford ; il s’y distingue par son goût pour la discussion, le raffinement, ce qui lui vaudra d’être raillé par ses camarades. Cela ne l’empêcha pas de défendre avec les poings sa réputation (son frère était boxeur), ce qui contredit l’image de dandy qu’il laissera à la postérité, dandy insolent cependant, qui connut un énorme succès de son vivant. Il s’illustre très tôt pour ses qualités littéraires. Sa tombe, sur laquelle se dresse la sculpture d’un sphinx par Jacobs Epstein, est classée monument historique. C’est l’une des tombes du cimetière qui reçoit en permanence ses fans. Recouverte de traces de rouge à lèvre, elle est étrangement devenue une sorte d’icône érotique !

Audio book : Tout art est bien inutile

By Olivier Gaiffe. (Own work) [GFDL or CC-BY-SA-3.0], via Wikimedia Commons

Wikipedia

En ces dernières décennies du XIXe siècle, Wilde incarne une nouvelle sensibilité qui apparaît en réaction contre le positivisme et le naturalisme.   Dans sa préface au Portrait de Dorian Gray, il défend la séparation de l’esthétique et de l’éthique, du beau et du moral :   « The artist is the creator of beautiful things. [...] There is no such thing as a moral or an immoral book. Books are well written, or badly written. That is all. [...] No artist desires to prove anything. Even things that are true can be proved. [...] All art is quite useless. »   « L’artiste est le créateur de belles choses. [...] il n’y a pas de livre moral ou immoral. Les livres sont bien ou mal écrits. Voilà tout. [...] Aucun artiste ne désire prouver quoi que ce soit. Même une vérité générale peut être prouvée. [...] Tout art est plutôt inutile. »

Romans