Share

Sam Braun est maintenant enterré au cimetière du Père Lachaise… Ses parents avaient fui les progroms de Pologne et de Russie et à 16 ans, il était déporté à Auschwitz-Birkenau.

Un article émouvant de Rue 89 raconte cette vie… et ce long silence.

« Sa famille, ses amis, ses frères franc-maçons sont là pour saluer sa mémoire. Il en avait, de la mémoire, Sam. Car ce qu’il a vécu pendant deux hivers à Auschwitz, il l’a tu pendant quarante ans. Il ne voulait pas en parler, de peur qu’on ne le croie pas. « J’ai dû avaler tout ça », disait-il. »

Il faut lire Le Testament philosophique des anciens déportés d’Auschwitz

« Il y a soixante cinq ans se sont ouvertes, enfin, les portes d’un enfer où tant de compagnons sont morts après d’atroces souffrances, morts sans sépulture, morts que personne ne pleure car personne ne leur a survécu…

Là-bas, tu sais, nous étions tous les mêmes ! Nous avions tous tellement faim que nous marchions courbés comme des vieillards pour comprimer nos corps qui nous faisaient souffrir ; nous avions tous tellement froid avec nos vêtements légers de bagnard, que le vent qui soufflait tout le temps, nous glaçait jusqu’aux os ; nous avions tous tellement peur de la bestialité des SS et des kapos pour qui nous n’étions que des « stucks », des morceaux, que des sous-hommes, des « untermunshen », avec comme destin commun, celui de mourir après deux mois de ce régime innommable, ou de périr asphyxiés par le Zyclon B, dans une de leurs chambres à gaz.

Là-bas, tu sais, nous étions tous les mêmes ! Nous avons tous vu des corps souffrir, nous avons vu des corps mourir… »